J'informatique

J'informe des bonnes pratiques en informatique mais pas que…

RMLL Strasbourg, mes retours 2/2

Rédigé par J'informatique Aucun commentaire

Autres conférences

Certaines sont maintenant disponible en ligne : http://www.canalc2.tv/video/15191

Concernant les conférences en général, là où j'ai été un peu déçu c'est que sur une heure de conférence, parfois il y avait trop de temps passé à ré-expliquer des choses de bases qui sont déjà connu par la plupart (exemple, le chiffrement clé publique/clé privée). Je suis conscient que c'est un vrai challenge pour le conférencier de choisir où il place son curseur pour satisfaire tout l'auditoire. De mon point de vue, étant donné que les RMLL cible un public technophile averti, les concept de base devrait être connu ou revu en dehors des conférences.

Atelier SYMPA

J'ai participé à l'atelier SYMPA par Marc Chantreux dont le but était d'imaginer l'évolution de SYMPA et d'échanger des améliorations au niveau fonctionnel. J'ai demandé s'il était possible de choisir un protocole plus récent que le SMTP pour l'envoi des emails. S'en est suivi un mini débat pour expliquer que ce n'était pas le sujet, pour surtout rester concentré sur les points fonctionnels. C'est à dire avoir un moyen plus ergonomique pour par exemple :

  • répondre à un point précis d'un email plutôt que de cliquer sur répondre et d'écrire au-dessus de tout le bloc de texte du correspondant.
  • annoter un email. Aucun programme ne prévoit cela actuellement.

Depuis l'arrivé des forums Discourse, le design des interfaces a beaucoup évolué entre les technophiles passionnés qui utilisent un client lourd bien configuré selon leurs propres soins et les non-informaticients qui écrivent depuis leur navigateur. L'utilisation d'un outil influe sur notre façon de rédiger. Avec Sympa, il voudrait réconcilier ces deux mondes, ceux qui sont sur le web avec les technophiles pour que le format soit le même pour éditer et pour transmettre.

Marc a demandé qui connaissant la netiquette, ceux nés avant les années 90 ont levés la main !
Dans le débat, il a tout de même donné son point de vue intéressant sur certains protocoles :
- SMPT : 40 ans, ça a du véçu, difficile à faire bouger.
- XMPP : 20 ans, le temps que ça prenne et ça n'a toujours pas pris. C'est un flux XML jamais fermé qui est envoyé dans un socket. Une personne qui se connecte dans un pays en développement aura plus de difficulté pour rester en ligne. Et ces pays payent la bande passante.

J'ai demandé s'il connaissait DIME (Dark Internet Mail Environment) une norme mondiale révolutionnaire chiffrée de bout en bout, développé en 2014 par les créateurs de Lavabit. Non, il ne connaissait pas.

Pour conclure, on peut retenir qu'il faut tenir compte des gens "handicapés" (qui n'y connaissent rien) quand à l'usage du numérique. Dans les nouveaux usages à inventer, et il faut à tout pris tenir compte de la facture mondial de l'électricité.

Classé dans : news Mots clés : aucun

RMLL Strasbourg, mes retours 1/2

Rédigé par J'informatique Aucun commentaire

Pour une fois, j'ai pu assister au Rencontres Mondiales du Logiciel Libre puisque l'événement a eu lieu dans ma région. C'était un peu délicat de devoir jongler avec plusieurs conférences et ateliers tous les uns plus intéressant que les autres, car les créneaux se chevauchaient. Je vous livre ici mes retours et impressions sur plusieurs ateliers.

Dans l'atelier : Initier un réseau d'acteurs/médiateurs du numérique libre pour les associations
Voici la stratégie des GAFAM :

  • Dealer : la 1ère dose est gratuite (comme les licences Microsoft Office offertes aux étudiants)
  • Cheval de Troie : trouver un autre ambassadeur des marchés à conquérir

C’est ce qu’il se passe avec Solidatech (la réserve de ressources numériques pour les associations) était financé par Microsoft et Adobe, en ayant un partenariat exclusif avec TechSoup, l’ONG des GAFAM. Donc d’un côté Solidatech propose des solutions à bas coût pour des licences Windows et Office de Microsoft, et de l’autre côté, cela ne les dérange pas de se retrouver à des réunions avec des militants pour le logiciel libre. Le problème évoqué, c’est qu’il n’y a personne (par manque de moyen) pour leur expliquer les dangers de promouvoir les GAFAM, au lieu de présenter les alternatives en Logiciels Libres.
 
Pourtant les réseaux d’associations faisant la promotion du LL commencent à émerger

Constat : il manque des offres proposant des formations et installations de logiciels libre sur la France. C'est une des stratégies que Framasoft a prévu de mettre en place dans le futur.
 
D’autres listes qui regroupent les logiciels libres. Nous avons cité les ressources suivantes :

 
Dans un autre atelier, nous avons vu comment mettre en place les outils afin que l'utilisateur se les approprie. L'astuce pour changer d’outils dans une association, c’est de ne pas changer tout d’un coup.

  • tester l’alternative en petit groupe à 4-5 personnes
  • former les personnes qui accompagne les associations par la pratique et le dialogue 

WebAssoc le web solidaire et bénévole pour les associations : https://www.webassoc.fr/

Constat : les associations n’ont pas de personnes dédiées aux numériques (référent technique) pour accompagner les bénévoles et salariés comme c’est le cas en entreprise avec les DSI.
 

Pendant les autres conférences, j'ai pu assister à la présentation d'autres outils.

 

Matomo : l'équivalent de Google Analytics
Matomo Tag Manager RMLL 2018 Strasbourg en vidéo :
https://www.youtube.com/watch?v=2F0wMo6ibac


Présentation de l’outil Garradin pour une gestion d'association simple, complète et efficace
https://garradin.eu/


Tracim : une Plateforme Open Source d’échange et de travail en équipe  
https://www.tracim.fr

 

Une bonne surprise pour moi fut la découverte du service :
CryptPad https://cryptpad.fr/

The Zero Knowledge Cloud. C'est à dire que le serveur n'a jamais connaissaince du contenu des fichiers. Les données sont stockés de façon chiffrés côté serveur et sont lisible uniquement côté client. Tout l'applicatif tourne en JS dans le navigateur. L'inconvénient si on perd le mot de passe, on perd tout. Pour invité des amis, on partage le lien. La clé est encodé dans l'URL et déchiffre les données côté client. Si on communique le lien par gmail ou autre, google a uniquement la clé vers le document mais pas le contenu. Cela déporte déjà une partie des données en dehors des GAFAM. Seulement le service est basé sur OnlyOffice dont une majeure partie de la suite office est déjà écrite en JAVASCRIPT. Le service est financé par BPI France jusqu'en mars 2019 et recherche déjà de nouveaux moyens de financement. Vous pouvez faire un don.
 
Ce service propose actuellement un genre de Google Drive collaboratif avec :

  • éditeur de texte
  • éditeur de code
  • présentation
  • sondage
  • Kanban
  • tableau blanc

À rajouter dans ses pratiques collaboratives de toutes urgences !

Sur un stand, j'ai pu discuter avec une personne de l'association LibreOffice France et à ce jour il n'y a que Collabora Online qui fournit une solution payante de LibreOffice en gestion collaborative temps réel. On peut trouver les sources dans un coin du site de LibreOffice pour tout mettre en place sur un serveur dédié, mais c'est quand même Collabora Online qui fournit une solution clé en main basé sur Docker. Collabora fournit un docker de démo sur leur site avec des réglages prédéfini dans une image docker. Ils gardent l'ingénieurie de leur solution dans leur coin.

En conclusion, j'ai pu faire de bonnes rencontres et avoir des échanges enrichissants avec des interlocuteurs qui sont passionnées par leur sujet. J'ai pu faire le plein de stickers et en les coller sur mon PC portable. Je rajouterai mes retours d'un autre atelier dans le prochain article.

Le chemin vers une informatique éthique

Rédigé par J'informatique Aucun commentaire

Aujourd'hui, je vous partage un article publié sur le blog de Framasoft qui va bien dans le sens de ce que je pense  en expliquant ce qu'est l'informatique éthique. Dans une note, il explique aussi la différence entre logiciel libre et open source :

Dans l’optique open source, un bon logiciel est un logiciel qui n’a pas de bogue. Dans l’optique logiciel libre, un bon logiciel est un logiciel éthique qui respecte son utilisateur et contribue au patrimoine commun. Dans les deux cas il est question d’accès au code source mais pour des raisons différentes.

Je ne vous refait pas l'article, car même s'il est un peu long, je trouve dommage que nombreux sont les informaticiens, décideurs et DSI qui passe à côté de ces notions.

Lecture de l'article :

Le chemin vers une informatique éthique

Classé dans : news Mots clés : aucun

Avant de revendre son smartphone android

Rédigé par J'informatique Aucun commentaire

Lorsque vous revendez votre smartphone android, avez-vous pensé à effacer les données sur la carte mémoire interne ?

Une réinstallation d'usine (reset factory) gardera vos données stockées en mémoire.

Résultat, le nouveau propriétaire du smartphone aura accès à vos photos, vidéos, fichiers téléchargés et autres fichiers. Une fois la réinstallation d'usine terminé, prenez 5 minutes pour vérifier ce que contient le smartphone en repassant par le gestionnaire de fichiers.
 

Classé dans : news Mots clés : aucun

Prenez en main votre clavier

Rédigé par J'informatique Aucun commentaire

Peut-être ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi en France les claviers ont une disposition AZERTY ?
AZERTY est une variante du QWERTY et ces dispositions de touches proviennent d'un héritage d'il y a plus de cent ans, lors de l'invention des premières machine à écrire en 1874. Le professeur Dvorak s'était déjà penché sur le sujet au 20è siècle pour proposer une amélioration du clavier QWERTY.

August Dvorak est connu pour avoir créé en 1932, après dix années de recherches, la disposition de clavier Dvorak américaine. Dvorak souhaite qu'elle remplace l’archaïque disposition de clavier QWERTY inventée par Sholes en 1873 pour la première machine à écrire. Il meurt en 1975, fatigué de voir que les hommes ne veulent pas changer : « I'm tired of trying to do something worthwhile for the human race. They simply don't want to change! ».
Source

Beaucoup d'avancées ont été faite à ce sujet, mais encore faut-il être au courant pour en bénéficier. Depuis quelques années il existe une disposition francophone, BÉPO dont les avantages sont nombreux :

  • diminution de la fatigue musculaire générée par l’utilisation du clavier
  • réduction du risque de troubles musculo-squelettiques (TMS première maladie professionnelle dans les pays développés) sur le long terme
  • augmentation de la vitesse d’écriture

Présentation

Je ne vous refais pas toute la présentation du BÉPO puisqu'on peut la lire sur la page de présentation du site officiel. Vous pourrez lire également les nombreux défauts de l'AZERTY.

Vécu personnel

Lorsque j'ai commencé l'informatique au collège, nous avions un prof de techno qui nous a d'abord fait apprendre la disposition des touches du clavier par cœur. Enuiste nous avons fais des exercices de dactylo toutes les semaines. La meilleure façon d'écrire sur un clavier c'est avec les dix doigts et sans regarder le clavier. C'est ainsi que l'on peut vraiment bien écrire sans perdre de temps à chercher les touches. Je suis reconnaissant à ce prof qui nous a appris le clavier de cette façon, même s'il n'avait pas connaissance du BÉPO puisque cela n'existait pas encore à l'époque. Pour tous ceux qui tapent à deux doigts ou plus, il n'est pas trop tard pour bien utiliser un clavier.

Pour ma part je me suis intéressé au BÉPO à partir de 2012. Au début c'était difficile car il me fallait me discipliner à faire les exercices régulièrement. Certains mois, j'ai préféré taper en AZERTY car c'était plus rapide. Et puis je me suis remis en BÉPO en 2014 et j'ai persévéré sachant que cela me sera bénéfique sur le long terme. Après de long mois, j'ai décidé de ne plus retourner à l'AZERTY et j'ai investit dans un clavier TypeMatrix 2030 USB en 2015. Au début je n'étais pas très rapide et puis avec la pratique c'est venu progressivement. Maintenant je ne regrette pas de m'être lancé et je ne souhaite plus revenir en arrière ! Le seul conseil que je pourrai vous donner, c'est de commencer par changer de clavier tout de suite car cela donne une plus grande motivation. Un TypeMatrix à 125€ ce n'est pas donné, mais s'il dure plus de dix ans, c'est un investissement qui en vaut le coup. À partir de deux commandes sur le site TypeMatrix, le prix à l'unité est réduit. Et si vous passez par le forum du site Bépo, parfois certaines personnes en commande plusieurs dans une grande ville pour mutualiser les frais de livraison.

Encore une chose à savoir sur les claviers, c'est la disposition physique des touches. Sur la majorité des claviers vendus dans le commerce, les touches sont placés en colonnes décalées ce qui est mauvais pour le placement des doigts et des poignets.

Les colonnes décalées forcent les mouvements déséquilibrés qui déforment les doigts, les mains et les poignets.



 

Les colonnes verticales réduisent les mouvements qui provoquent une lésion de la souche répétitive (RSI).

 

 


Alors préférez l'utilisation d'un clavier physique dont les touches sont placés de façon orthogonal. C'est vraiment par habitude que les constructeurs continue de vendre des claviers à colonnes décalées et je trouve cela dommage.

Vous pouvez commander votre clavier bépo sur Amazon (lien affilié) :
Clavier Ergonomique TypeMatrix 2030 Bépo

Si vous avez déjà un clavier TypeMatrix 2030 USB mais dans une autre disposition, vous pouvez commander juste le revêtement (lien affilié) :
Skin pour clavier TypeMatrix 2030 USB

Historique

Découvrez l'histoire de la création du Bépo, lisez l'excellent article de Ploum : Le Bépo n’est pas un numéro, c’est un clavier libre.

Apprenez

Passer au BÉPO maintenant, lisez bien la page Apprentissage.

Pratiquer

Vous pouvez vous y mettre sans installer de logiciels, simplement en allant sur les sites :

Keyboardio

Une fois que mon TypeMatrix aura rendu l'âme, je lorgne déjà sur mon prochain clavier, un Keyboardio (> $300 !).

C'est un clavier mécanique ergonomique stylé avec un corps en bois dur. Le projet a été financé sur kickstarter en juin 2015 et les premier keyboardio sont livrés en juillet 2017. Le code source du firmware est sur github.

Plus d'information sur le projet

Fil RSS des articles de cette catégorie